Déclaration conjointe au par des centrales Mauritaniennes concernant les événements d'Aioun CM

le .

Déclaration conjointe
Ayant suivi avec amertume, au niveau de la CGTM, de la CLTM et de la CNTM, le 17 novembre 2017, la détention du Coordinateur Régional de la CNTM au Hodh El Gharbi, membre du Bureau Confédéral M. Itawel Oumrou Ould Sidi Mohamed et 5 de ses collègues syndicalistes par les Autorités mauritaniennes d’Aïoun, capitale de la Wilaya (Région) du Hodh El Ghabi (800 km de Nouakchott).
Puis après 2 jours de détention, trois parmi eux ont été mis sous surveillance judiciaire par ordre du juge d’instruction du tribunal de la Wilaya.
Pire, par cet acte déplorable, les textes juridiques ont été bafoués y compris les procédures, tout en contraignant les intéressés à observer l’acte de présence chaque jour, pendant les horaires de travail, dans les lieux de leurs nouvelles affectations abusives, tout en leur interdisant toute activité syndicale. C’est juste les priver d’une partie de leurs droits civils. Ce qui représente une violation flagrante de la loi, surtout que les droits civils sont inaliénables pendant l’instruction, tant que le prévenu est sensé innocent.
Ainsi, nous, les Centrales Syndicales, signataires de la présente, au moment où nous rejetons et dénonçons le grand recul dans les libertés syndicales avec l’instrumentalisation de la justice pour la répression contre les syndicalistes qui ne cessent de militer pour leur cause ouvrière, affirmons:
1. Notre solidarité avec les syndicalistes de la CNTM se trouvant sur le terrain :
- Brahim Mohamed Alioune ;
- El Bastami Sow ;
- Hammady Abdellah
Ainsi que notre soutien jusqu’à ce qu’ils retrouvent leur liberté totale et qu’ils soient mis dans leurs droits légitimes.
2. Notre rejet de telles pratiques répressives contre les libertés syndicales, exercées par les Autorités Mauritaniennes.
3. Ces pratiques violent les droits de contestation pacifique et les lois et conventions nationales et internationales de travail, notamment les 2 conventions de l’OIT n° 87 et 98, respectivement ratifiées par la Mauritanie.
4. Notre refus de toute violation des libertés syndicales et publiques et même du droit de tout individu ou structure que lui confèrent les législations et la réglementation.

Nouakchott, le 30 novembre 2017

Pour la CLTM, le SG: Samoury Ould Beye
Pour la CGTM, le SG: Mohamed Abdellahi Ould Mohamed dit Nahah
Pour la CNTM, le SG : Mohamed Ahmed Ould Salek
Ampliations :
- Ministère de l’Emploi
- le BIT
- Le CSI.